COVID-19: Que l’OMS se prononce urgemment sur les vertus curatives de la chloroquine !

Cela n’est  un secret pour personne. La pandémie du Coronavirus fait ravage partout dans le monde. Cette situation contraint les Etats à adopter des mesures drastiques visant à  circonscrire les zones contaminées et freiner la chaîne de transmission du virus. 
 
En Afrique,  notamment au Burkina Faso, la population essaie tant bien que mal de respecter les consignes gouvernementales, non sans difficultés.

Force est de reconnaître que notre mode de vie et nos réalités socio-économiques rendent certaines mesures  difficilement supportables.
 
Comment confiner une population dont chaque actif vit en moyenne avec 1$ (500F CFA) par jour?
 
Comment  une population dont à peine 20% a accès à l’électricité gère le confinement dans un contexte caniculaire? 
 
Comment confiner une population qui travaille pour 70% d’elle dans le secteur informel, c’est-à-dire pas salariée pour la plupart ?
 
Il est fort à craindre que nous ne puissions objectivement pas nous offrir le luxe d’un confinement total.
 
Je me réjouis, avec espoir, que la trouvaille du professeur Didier Raoult contribusse à desserrer l’étau autour de nos braves concitoyens.
 
 Le traitement curatif à base de chloroquine constitue, en mon sens, une bouffée d’oxygène et un grand espoir pour nos pays aux économies fragiles.
 
Mais que constatons-nous? un tâtonnement inextricable de la communauté politico-scientifique portée par des intérêts mercantilistes morbides.
 
Le professeur Raoult, consciencieusement inspiré par le serment d’Hippocrate,  ne semble pas insensible aux cris de douleur et de detressse de ses contemporains.
 
C’est ce qui justifierait qu’il soit en passe de couper l’herbe sous les pieds de certains marchands d’une autre ère, se plaisant  à vivre du sang et des larmes des autres. 
 
Sacré professeur Raoult! Il est en passe de chambouler le business plan macabre de certains acteurs de l’industrie pharmaceutique dont le niveau de scrupule n’a d’égal que leur avidité insondable.
 
Je note déjà, avec satisfaction, que les choses bougent et dans le bons sens.
Les réfractaires et réactionnaires flanchent devant les prouesses miraculeuses  des recherches de l’ éminent infectiologue, spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes.
 
Des  officines politico-medicales commencent depuis peu à lâcher du lest. 
Les Etats Unis, la France, le Maroc,la Tunisie pour ne citer que ces pays, ont autorisé depuis l’usage du protocole chloroquine/Azithromycine. L’inénarrable président états-unien, Donald Trump, en est devenu même, un chantre qui chante à tout va les merveilles de ce protocole. 
 
Je me demande donc ce qu’attend l’OMS pour donner des directives claires à nos Etats et nos systèmes de santé ?
 
J’ai la faiblesse de croire que l’organisation supranationale prendra très rapidement la mesure de la situation qui est si alarmante. 
 
En tout état de cause, notre pays doit se préparer à cette donne nouvelle et envisager le combat contre le Covid 19 par l’exploitation de la chloroquine.
 
Car comme le dit si bien le Président Trump lui-même: Qu’avons-nous à perdre à essayer? 
 
Dieu benisse le Burkina Faso ! 
 
Adama KANAZOE, conseiller spécial du président du Faso

Auteur de l’article : ouagabuzz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *